martelly-miragoane

Le président Michel MARTELLY, en fin de mandat, veut à tout prix, pour certaines raisons, avoir au parlement et même à la présidence de fidèles partisans. Pour cela, il mène à leur côté une campagne tambour battant, à tout casser et tous azimuts. A cette fin, toutes les stratégies, tous les moyens sont bons et sont utilisés sans réserve: Les biens de l'Etat, les services du gouvernement, le personnel de la fonction publique, enfin tout et même des injures graves.

Le Président est paniqué on ne sait pas trop pourquoi. C'est pour lui un souci majeur d'avoir des siens dans tous les couloirs du prochain pouvoir. Il ne cache pas ses intentions et ne ménage pas ses efforts aux fins d'imposer les candidats à qui il donne sa bénédiction. Il est à leur côté partout où ils passent. Il s'implique à fond et avec rage dans leur lutte électorale. Son acharnement est devenu maladif. Il dénote une agressivité sans borne. Celle d'un homme traqué qui ne veut pas perdre. Un vrai diable dans un bénitier. Un rat empoisonné.

Ses inquiétudes sont visibles et incontrôlables. Il les exprime clairement par son agitation et son intolérance. Malheur à qui veut barrer la route à ses ouailles. Très nerveux, mieux, très agité, d'une faiblesse extrême face à la critique, il perd la raison jusqu'à lancer des propos discriminatoires les plus injurieux à l'endroit des femmes haïtiennes, cette "gent sociale" qui a tant lutté pour se trouver son petit coin sous le soleil de la terre d'Haïti mettant si longtemps et exclusivement à l'ombre les hommes, rien que les hommes.

A Miragoane, monsieur MARTELLY a détruit en quelques minutes l'œuvre de tant de jours, de tant de patience, de tant d'attentes, de tant de luttes, de tant de labeurs consentis par nos vaillantes "exclues."

Tellement absorbé et épris du désir ardent de gagner, de tout gagner, monsieur MARTELLY n'est même pas en mesure de comprendre qu'en adoptant ce comportement répréhensible il va à l'encontre des intérêts de ceux qu'il veut imposer aux votants.

Loin de courtiser la foule, il l'indispose par ses propos malfamés, orduriers et blessants. Les femmes iront-elles déposer leur bulletin de vote au bénéfice de ces candidats soutenus par ce chef qui les insulte, qui les rabaisse, qui les abime? Les jeunes accepteront-ils à élire ces candidats présentés et proposés par monsieur MARTELLY qui traite leur mère de prostituée bonne pour être couchée à même le sol?

Les candidats de MARTELLY seront-ils ceux des hommes qui respectent leur compagne? En tout cas, c'est sûr que le Président travaille très fortement à l'effet d'affaiblir davantage sa popularité et celle de son entourage, toutes deux en chute libre.
La fin justifiera les moyens. Les résultats diront si oui ou non il y a encore de femmes, de jeunes et d'hommes dans ce pays. Mais toujours est-il que nous sommes en droit de dire que notre Michel MARTELLY a battu le records des gaffes et que même Antoine SIMON "ne nous a pas fait ça"

Maurice CELESTIN-LECHAPEAUTEUR